learnlatex.org

Choisir des polices de caractères et utiliser Unicode

Lorsque TeX et LaTeX ont commencé à être largement utilisés, ils ne traitaient en général que les langues européennes, même s’il était déjà possible d’utiliser d’autres alphabets par exemple pour le grec et le russe.

À l’origine, les accents et les lettres accentuées étaient saisis en utilisant des séquences de contrôle ou des macros telles que \c{c} pour « ç » et \'e pour « é ». Certaines personnes continuent à utiliser ces méthodes de saisie, par habitude ou parce qu’elles sont plus commodes sur certains claviers, mais ce n’est généralement plus utile, et on peut actuellement taper ces symboles directement avec les touches de son clavier.

Avant Unicode, LaTeX fournissait déjà le support de nombreux types d’encodage de fichiers qui permettaient d’écrire du texte dans différentes langues en natif ; par exemple, en utilisant l’encodage latin1 les utilisateurs français pouvaient (et peuvent toujours) écrire déjà vu et LaTeX traduisait en interne les lettres accentuées en commandes TeX pour produire la sortie correcte sans la gymnastique précédente (d\'ej\a{} vu`), depuis longtemps inutile.

Cette approche est toujours utilisée en LaTeX moderne quand on utilise le moteur pdflatex. Par défaut, tous les fichiers sont supposés être en Unicode (encodés en UTF-8), sauf indication contraire. Bien que ce moteur soit limité aux polices 8 bits, la plupart des langues européennes sont supportées.

La sélection des polices avec pdflatex utilise un mécanisme robuste, et de nos jours il existe de nombreuses polices prêtes à l’emploi dans une distribution LaTeX standard. Par exemple, les polices TeX Gyre sont une suite de polices d’excellente qualité, dérivées de polices très répandues, comme Times, Helvetica, Palatino, et d’autres. Charger ces polices est aussi simple que de charger n’importe quel package, quand on connaît son nom, avec le nom approprié. Ainsi avec TeX Gyre, pour avoir une police similaire à Times, il faut appeler « Termes » :

\usepackage{tgtermes}

Avec pdflatex, la plupart des polices sont accessibles par des packages. Vous pouvez consulter le Catalogue des polices LaTeX ou la page CTAN sur le thème des polices (en anglais) pour voir quelques options disponibles. Vous pouvez également rechercher sur internet la police que vous souhaitez, et chercher ensuite une version de package compatible avec pdflatex. Pour certaines polices propriétaires, il existe un clone approprié, qui pour la plupart des applications est assez similaire à l’original.

L’ère Unicode

Comme pdflatex est limité aux encodages de fichiers et aux polices 8 bits, il ne peut pas utiliser nativement les polices OpenType modernes et passer facilement d’une langue à l’autre en utilisant des différents alphabets (ou « scripts », pour utiliser le terme technique). Il y a deux remplacements pour pdfTeX qui utilisent nativement des entrées Unicode et les polices modernes : XeTeX et LuaTeX. Pour LaTeX, elles sont généralement invoquées dans votre éditeur en utilisant les moteurs xelatex et lualatex respectivement.

Avec ces moteurs, la sélection de la police est effectuée au moyen du package fontspec, et pour les documents simples elle peut être aussi triviale ça :

\usepackage{fontspec}
\setmainfont{texgyretermes-regular.otf}

Cela permet de sélectionner la police TeX Gyre Termes, comme dans l’exemple pdflatex ci-dessus. Mais cette approche fonctionne pour toutes les polices OpenType. De plus, les polices disponibles pour pdflatex restent disponibles pour xelatex et lualatex grâce à leurs packages respectifs (ou en chargeant la police avec fontspec, si vous l’avez installée sur votre ordinateur). Le Catalogue des polices LaTeX donne la liste des polices disponibles au format OpenType, vous pouvez donc l’utiliser pour rechercher des polices, ainsi que la page CTAN mentionnée plus haut.

Après avoir sélectionné une police, le texte de votre document peut être saisi directement en Unicode dans le code source. Voici un exemple présentant des lettres latines et grecques ainsi que des idéogrammes CJK :

\documentclass{article}
\usepackage{fontspec}
\setmainfont{texgyretermes-regular.otf}
\newfontfamily\cjkfont{FandolSong-Regular.otf}

\begin{document}

ABC → αβγ → {\cjkfont 你好}

\end{document}

Lors du passage d’une langue à l’autre, il est important de modifier également des éléments comme les motifs de césure, etc. Les packages babel et polyglossia sont là pour s’occuper de ça de façon robuste.

Pour aller plus loin…
Leçon suivante…